Poésie

Voici mon premier recueil de poésie écrit entre 1992 et 1995, Parfumd’absence.

DOLORES

Jumelle d’une aiguille à tricoter,
pas même née et déjà ratée.
Dès l’enfance, ton frère t’en a fait bavé.
Tu as tout accepté, honteuse, sans nom.
Les yeux fermés, le sexe mouillé.
Tu as grandi sous pression,
le coeur serré, révoltée,
foncièrement différente,
et pour t’évader, échapper à ce destin sans pitié, travaillant sans relâche.
Jaloux, ils te l’ont fait payer
jusqu’à te tuer, suicide à la clé.
Restent un regard fixe, bleu, vide, froid.
Une bouche triste, le sourire à l’envers.
Un corps asexué, une haine avouée.
Un besoin infini d’amour, d’amitié.
Elle ne dort plus la nuit,
Sans répit, elle survit.
Refuse la lâcheté,
boulimie de vie comme de mort.
Peur d’elle, peur de faire peur
Du sang caillé sous la peau;
de la douleur distillée, en intraveineuse.
De la hargne à profusion,
de l’orgie de sexe pour tout repas:
hommes ou femmes, espions.
Souvenirs carbonisés
aux chalumeaux des années.
Et quand usée par les bienséances,
elle plonge dans les bouillons alcoolisées
des rochers volcaniques.
Défenestrée, défigurée par ceux qui refusent de voir,
d’entendre, de supporter
son immense générosité, son sens de la vie
son goût retrouvé, sa patience éprouvée.

La terre a tourné.
Restez chez vous, refusez de la voir
incapable d’y croire!
Paradoxe et maîtrise
Assurance et folie.
Souffre ton nom,
serre la machoire
jusqu’à broyer ta langue noire.
Tendre écorchée, tendre…

Amour pour toi, ça s’écrit comment déjà?

Solange Bazely, écrit en 1996, publié sur….. en 1998.

Publicités