Cortinas poétiques

Solange Bazely à Toulouse, mai 2016 © Daniel Marc
Solange Bazely à Toulouse, mai 2016 © Daniel Marc

Cortina signifie rideau en espagnol et est un mot employé lors des bals (milongas) pour cet intermède qui dure de 30“ à 2 voire 3’, entre deux tandas (séries de 3 à 4 tangos, valses ou milongas).

Il s’agit d’un code, d’un moment rempli habituellement par la musique (souvent différente du reste, pour passer d’un moment de danse à l’autre), afin de changer de partenaire, de faire une pause, de passer à une autre ambiance.

C’est un intermède où la tension de la danse est “relâchée“, un moment de “détente“, où l’on raccompagne son partenaire et où l’on converse ou observe avec qui on va danser la prochaine tanda.

Ce projet de cortinas poétiques est de profiter de ces quelques minutes pour faire découvrir la poésie d’une façon originale et sincère dans ce moment de l’entre-deux. Cela donne une signature particulière, une respiration poétique en plein bal.

D’une durée de 30“ à 3’ maxi, elle fait la place à un musicien qui joue et à une lectrice qui lit de la poésie en lien ou pas avec le bal, les danseurs, la relation homme/femme, Buenos Aires, l’Argentine, l’humour…

La première de ce projet aura lieu le samedi 25 novembre 2017  lors de la Milonga Negra de Natalia Bearzotti (Aqui y Ahora) à Toulouse.

Enregistrer

Publicités